Missions

Les missions du GIT sont :

  • De promouvoir le développement de la profession d’infirmier(e) de Santé au Travail par tous les moyens directs ou indirects d’information et de formation techniques, méthodologiques, scientifiques et culturels à l’intention de ses membres.
  • De faire reconnaître et valider le rôle de l’infirmier(e) de Santé au Travail dans l’équipe pluridisciplinaire.
  • D’encourager la formation, la recherche et la publication des travaux infirmiers de Santé au Travail.
  • De favoriser le développement de la profession des infirmier(e)s de Santé au Travail auprès de ses pairs, ses partenaires et des autorités administratives ou légales.
  • De faire respecter le code international d’éthique défini par la Commission Internationale de Santé au Travail (CIST).
  • Domaines de compétences de l’infirmier(e) de Santé au Travail

    L’infirmier(e) de Santé au Travail a pour mission générale la promotion de la santé. Celle-ci se décline en 4 fonctions principales :

    1.  Participer à l’identification, l’évaluation et la prévention des risques pour la santé notamment à travers :

    – l’étude des risques pour la santé : participation à l’évaluation des risques sur les lieux de travail, rôle de veille documentaire et veille sanitaire.

    – l’approche des dysfonctionnements et des incidents : recueil d’informations, analyse et propositions d’action.

    – l’analyse des accidents de travail et des maladies professionnelles : participation aux enquêtes et analyses des groupes de prévention, élaboration de démarches de prévention.

    – l’accident du travail et la maladie professionnelle signent l’échec de la prévention : l’infirmier de santé au travail est un acteur de l’alerte et de la veille sanitaire.

    2. Développer la santé et le bien être dans l’entreprise sur 3 niveaux :

    – une mission d’ordre paramédical : assistance auprès du médecin du travail dans le suivi médical, rôle éducatif et préventif, rôle curatif, participation à la réhabilitation et à la réinsertion des salariés.

    – une influence sur les relations humaines au travail : rôle d’information et de médiation, approche paramédicale des salariés et de leur vécu, écoute personnalisée.

    – un rôle dans l’adaptation de l’outil de production : en veillant à l’adéquation Homme -Femme/Santé/Travail.

    3.  Participer à des actions de santé publique :

    – Mobilisation en cas de pandémies et plan d’urgence :
    → informer et conseiller au sein de l’entreprise selon les instructions de l’institut national de veille sanitaire et du ministère.           → Participer à l’organisation de la mise en place du plan et de l’approvisionnement du matériel adapté.

    – Conduites addictives : évaluer, conseiller et proposer des actions collectives adaptées à l’entreprise.

    4.  Participer à l’application de la législation :

    Cette fonction permet d’améliorer la conformité de l’entreprise à travers la connaissance et l’application des textes réglementaires et législatifs.

    L’infirmier de santé au travail joue le rôle de conseiller auprès des différents partenaires dans l’entreprise au regard de la problématique santé au travail.